Retour l'accueil du site





Karen VIGGERS

Le murmure du vent



Évadez-vous vers l’Australie avec ce roman, dans la vallée des monts Brindabella plus précisément, pour rencontrer Abby, une jeune biologiste, solitaire et isolée dans les montagnes pour observer les kangourous sur lesquels elle fait une thèse : elle s’est volontairement retranchée, semble-t-il, de la vie sociale qui lui fait peur ; cette terre, ce territoire auquel elle s’est attachée est un véritable refuge, une consolation. La jeune fille est en effet déjà meurtrie et éraflée par la vie.

Deux rencontres vont bouleverser sa vie : celle avec Cameron, un jeune journaliste, qu’elle juge antipathique et trop parfait, et celle avec Daphne, une vieille dame, avec qui elle partagera une complicité et une amitié très fortes. Daphne a, elle aussi, passé sa jeunesse dans les mêmes montagnes, précisément là où se situe le territoire d’observation d’Abby… Leurs destins, leurs histoires, passé et présent se croisent… Abby et Daphne partagent des moments de confidence, de silence ou d’échange très forts, elles deviennent essentielles l’une pour l’autre : Une fois son récit achevé, Abby se sent comme en suspens dans un espace vide entre le présent et le passé. Elle s’étonne même de ne rien attendre de la part de Daphne. La présence de la vieille dame suffit. Elle sent dans la poitrine un étrange relâchement, quelque chose qui s’ouvre, comme lorsque les nuages s’écartent après l’orage.  Chacune, à travers l’histoire de l’autre, reviendra sur son passé, essaiera de le comprendre ou d’en percer le mystère, pour essayer d’adoucir et de comprendre le présent. Daphne compte encore plus que Cameron aux yeux d’Abby. La magie de l’amitié…

Ce roman est donc un roman de rencontres qui interroge sur la valeur des liens familiaux, sur la nature de la passion, mais surtout sur l’importance de la transmission et de l’amitié.

Karen Viggers vous fera aimer ces paysages arides et sauvages, vous fera aussi découvrir l’histoire récente de l’Australie dont on connaît finalement peu le passé colonial. C’est un roman généreux au cours duquel Karen Viggers nous invite à réfléchir sur le pouvoir de la nature, les choix en matière d’écologie et sur le problème de l’abattage des kangourous.

Sylvie Legendre-Torcolacci 
(22/08/17)    



Retour
Sommaire
Lectures




Les escales

(Avril 2017)
546 pages - 21,50


Traduit de l’anglais
(Australie) par
Isabelle CHAPMAN





Karen Viggers,
née à Melbourne, est vétérinaire, spécialiste de la faune sauvage. Le murmure du vent est son troisième roman aux Escales.